• Du 30 novembre 2017 au 01 décembre 2017
    Université de Nantes,
    Bâtiment de la Censive, Salle C 248

Colloque du programme de recherches "Traduire sous l'Occupation" (TSOcc) organisé par Christine Lombez (Université de Nantes, L’AMo), avec le soutien de l’Institut Universitaire de France (IUF)

Les années de la Seconde Guerre mondiale, ponctuées par des événements politiques et militaires majeurs, ont été abondamment documentées dans la presse de cette époque suivant des orientations politiques ou idéologiques diverses. Très soutenue aussi (et tout autant conditionnée par les circonstances du moment) a été l'activité intellectuelle et culturelle dans les pays en guerre ou ceux occupés par l'Allemagne nazie. Une activité qui s'est souvent accompagnée d'intenses mobilités, tant sur le plan humain (déplacements de populations, exodes, réfugiés), patrimonial (mise en lieu sûr des collections des musées les plus prestigieux, notamment du Louvre et de l'Ermitage), intellectuel (départ en émigration d'écrivains issus d'Europe centrale et orientale) ou littéraire (circulation des œuvres dans des espaces légaux ou clandestins, présence de relais par-delà les frontières - par exemple en Suisse).

Cette rencontre se propose d'interroger l'espace culturel européen au miroir de la presse des années de guerre, et spécifiquement l'espace francophone (France et Belgique) pendant l'Occupation allemande (1940-44). Il s'agira ici, en croisant les perspectives historique transnationale, comparatiste et traductologique, de questionner les modalités spécifiques de la circulation des biens culturels dans les revues et journaux de langue française, en interrogeant articles de fond sur les lettres et les arts, comptes rendus critiques d'ouvrages, d'expositions ou de spectacles, débats littéraires dont les journaux ont pu se faire l'écho ; de même, jamais dénuées d'arrière-pensées politiques, les traductions publiées durant la période et relayées dans la presse, révélatrices d'orientations ou de transferts littéraires à l'œuvre dans une Europe en guerre, seront d'intéressants vecteurs de transferts à sonder.
 
 Institut Universitaire de France